qui nous sommes

Les Alices

est un collectif multidisciplinaire d’artistes dont le travail évolue autour du théâtre et de la performance. Comme leur héroïne, celle du pays des merveilles, ils cherchent à passer au travers des miroirs des lieux et du temps en inventant et en jouant d’étranges histoires. Des histoires qui s’inspirent d’autres histoires grandes et petites pour toucher tant l’homme que la société qu’il habite, des histoires qui se racontent avec l’image, le corps, les mots, les sons…

Pour découvrir de nouveaux paysages théâtraux, chaque création est le fruit d’un processus particulier qui peut conduire à investir 4000m² de Tour et Taxis le temps d’un spectacle, à partir à Montréal collaborer avec d’autres artistes ou à passer des heures et des heures dans une salle noire à la recherche du mot juste.

(cliquez sur le nom et encore une fois sur le nom pour + d’informations sur chacun)

Le collectif est né de la rencontre de Natalia Dufraisse et François Kah, suivie de près du premier spectacle « L’obsession d’Icare » présenté à Tour et Taxis en 2011. Jean-Louis Gille, Adrien Belin et Charlotte Bernard se joignent alors à l’aventure, ainsi que Maria Harfouche, Jérémie Mosseray, Tom Manoury, Nicolas Marty, Vincent Tandonnet pour les spectacles suivants.

« Daniel(le)(s »), création pour adolescents sur le thème de l’identité, a reçu le prix de la Ministre de la Jeunesse aux Rencontres TJP de Huy 2012.

« Les Mots Perdus », présenté aux Rencontres TJP 2014 ainsi qu’à Noel au Théâtre 2014 et au Théâtre des Doms lors du festival d’Avignon 2015, a été joué plus de 150 fois en Belgique, en France, et au Congo-Brazzaville (festival Mantsina-sur-scène / décembre 2015).

Ce sont autant les théâtres que les lieux atypiques qui inspirent le travail des Alices. De février 2012 à mai 2015, le collectif a investi l’imprimerie abandonnée dite Weissenbruch, rue de l’Orphelinat à Anderlecht, qui a été transformée en lieu de création multidisciplinaire (salle de théâtre, espace cirque, ateliers de scénographie et couture, studio de musique,…) : l’Imprimerie Ephémère. De nombreux évènements y ont eu lieu, notamment deux festivals qui ont chacun rassemblé plus de cinquante artistes et des centaines de spectateurs.

Les axes de recherche du Collectif Les Alices évoluent autour des notions de perception, de réel, le rapport à l’autre. Tout ce qui fait que deux personnes participant au même évènement vivront chacun une histoire différente.

Nous cherchons à élaborer un langage dramatique en résonance avec la complexité de notre perception. Pour cela, nous avons recours à différentes écritures scéniques, telles que le texte, la chorégraphie, les images, le multimédia, le théâtre.

Nous puisons dans des matériaux littéraires ou documentaires pour échafauder une situation fictive comme point de départ. C’est autant l’histoire elle-même que la manière dont elle est narrée puis interprétée par le spectateur qui constitue le fond de notre recherche.

Nous souhaitons nous éloigner des lieux conventionnels de production pour explorer l’espace urbain comme une scène, partir d’un lieu réel et vécu, pour y intégrer le récit et ainsi créer une ambiguïté entre réalité et fiction. Nous nous nourrissons de ces différents lieux pour développer de nouvelles propositions, ne limitant jamais le spectacle à une forme tout à fait finie.

Le processus de création du collectif repose sur une recherche instinctive, entre expérimentation sur le terrain et travail de réflexion, de digestion, des différents matériaux.

Ont participé aux créations du collectif : Marina Gutierrez, Natalia Fandiño, Jennifer Defays (costumes). Emilienne Tempels, Réal Siellez, Sandro Mabelini, Mélanie Lamon, Thomas Gourdy, Natacha Nicora, Amélie Lemonnier, Caroline Taillet (comédien.ne.s). Octavie Piéron (lumière, dramaturgie), Sylvie Bouteiller (création sonore), Didier de Neck, Fatou Traoré (regards extérieurs). Anna Giolo (diffusion). Julie Praet (accompagnement à la production/médiation).

%d blogueurs aiment cette page :